Le Hezbollah à Beyrouth (1985-2005) : de la banlieue à la ville

Le Hezbollah à Beyrouth (1985-2005) : de la banlieue à la ville

Mona Harb

Beyrouth, Presses de l’Ifpo / Paris, éditions Karthala (coll. Hommes et Sociétés : Histoire et géographie)

2010

240 x 160 mm, 300 pages

ISBN : 9782811103989

Prix : 25 €

Liens

Quatrième de couverture

Le monde occidental connaît le Hezbollah en tant que parti chiite, agent de l’Iran au Liban et force militaire qui fait la guerre à Israël. Médias et gouvernements dénoncent le rôle destructeur du « parti de Dieu » au sein du pays du Cèdre, ainsi que ses ambitions islamistes et terroristes néfastes au bon développement de la société plurielle libanaise. Ce livre s’adresse aux lecteurs et lectrices qui ne se suffisent pas d’une telle analyse réductrice.

Basé sur une connaissance du terrain longue de quinze années et sur l’analyse d’une centaine d’entretiens, ce livre propose une nouvelle grille de lecture du Hezbollah, qui l’examine non pas comme phénomène externe à la société libanaise mais comme protagoniste inscrit dans l’histoire sociale et politique du pays. À partir de l’examen de son action publique dans la partie sud de Beyrouth (la Banlieue, ou Dahiye), le livre étudie le Hezbollah comme parti politique responsable d’un réseau d’organisations gérant une diversité de services sociaux et urbains visant à améliorer les conditions de vie de la communauté chiite, longtemps marginalisée par l’action publique étatique. Il révèle que le succès et la durée de vie du Hezbollah – qui opère depuis plus d’un quart de siècle à Beyrouth – s’expliquent à la fois par l’efficacité et le professionnalisme du service rendu et par son association à un monde de sens symboliques.

Le livre examine aussi l’appartenance du Hezbollah à la vie politique libanaise. Sa participation aux élections législatives et municipales, ainsi qu’aux projets de reconstruction urbaine et de développement local, montre que le Hezbollah maîtrise les règles du jeu communautaire libanais. Il négocie, ajuste et sélectionne ses rhétoriques de justification et ses mécanismes d’action en fonction d’une double logique de légitimation, l’une modernisatrice et l’autre socioreligieuse, utilisées de manière différentielle selon les temps, les lieux, les enjeux et les échelles.

En outre, cet ouvrage analyse comment le Hezbollah forge au sein de la communauté chiite, longtemps stigmatisée, une conscience collective et un sentiment d’appartenance territoriale qui engendrent des sentiments de fierté, d’orgueil et de confiance. Le Hezbollah contribue ainsi à l’acquisition de divers savoir-faire et de multiples compétences urbaines auprès des habitants de la banlieue sud, facilitant leur accès à la ville, malgré la persistance des stratégies de ségrégation et d’exclusion qui les repoussent dans « leur » Dahiye.


Urbaniste et docteur en science politique de l’Institut d’Études Politiques d’Aix-Marseille, Mona Harb est professeur associée à l’Université Américaine de Beyrouth depuis 2002. Elle est l’auteur de Politiques urbaines dans la banlieue sud de Beyrouth, Beyrouth : CERMOC, 1995. Elle a publié plusieurs articles, en anglais et en français, dans Critique Internationale, Genèses, Annales de la Recherche Urbaine, Middle-East Report, Third World Quarterly et International Journal for Urban and Regional Research ; elle a également contribué à de nombreux ouvrages aux éditions La Découverte, Actes Sud, Routledge et Palgrave.


 Couverture : Autoroute Sayyid Hadi, Banlieue Sud, Beyrouth (Cliché Mona Harb).

Recensions

  • Compte rendu par Nicolas Puig, A contrario 17/1, 2012, p. 134-138. [PDF]