Descriptif des cours de langues et civilisation kurdes

L'Ifpo à Erbil

Langues kurdes (soranî et kurmancî)

Le kurde est une langue indo-européenne appartenant à la branche nord-occidentale des langues iraniennes. Il est parlé par environ 40 millions de personnes qui peuplent une vaste région divisée entre la Turquie, l’Irak, l’Iran et la Syrie.

Le soranî ou kurde central, est parlé par la majorité des Kurdes d'Irak et d'Iran, soit 30 % des Kurdes, sur une aire géographique qui s’étend de la région d’Erbil à l’ouest jusqu’aux confins septentrionaux de la région de Kermanchah à l’est.

Le kurmancî, ou kurde septentrional est parlé par la majorité des kurdes. Il est utilisé dans la partie nord de la grande région du Kurdistan, c’est-à-dire, dans le nord de la Syrie et de l’Irak, en Turquie et dans certaines anciennes républiques soviétiques du Caucase.

Les stagiaires de niveau 1 acquièrent, au terme de la session, une maîtrise de base des langues soranî et kurmancî. Ils font l’acquisition de la maîtrise des alphabets et la prononciation de ces langues. Ils acquièrent des bases solides en grammaire kurdes et des rudiments d’expression orale et de lecture de textes de toute nature.

Les stagiaires de niveau 2 acquièrent une maîtrise avancée du sorani et du kurmancî leur permettant d’élaborer des phrases structurées, de converser sur des sujets quotidiens comme spécialisés, d’écrire et de lire convenablement dans des registres variés.

Modules

Les cours s’articulent autour des modules suivants

Grammaire

Les stagiaires, après avoir assimilé les bases de l’alphabet kurde, apprennent les structures grammaticales et les temps présent, passé et futur, dans leurs différentes déclinaisons. Ils acquièrent les compétences grammaticales nécessaires à l’élaboration de phrases structurées permettant l’interaction.

Compréhension orale et conversation

Les stagiaires apprennent à se présenter et à se renseigner sur leur entourage ; ils font l’acquisition d’un vocabulaire courant (nombres, situation dans le temps et dans l’espace) et plus spécialisé (par ex. vocabulaire politique, économique, etc.). La mise en pratique s’effectue par le biais d’exercices, de discussions interactives, de présentations de documents audio-visuels. Dans ce cours, les stagiaires développent leur compréhension en écoutant des contes, des chants mais également des débats médiatiques actuels.

Pratique écrite

La mise en application des connaissances grammaticales et des acquis oraux des stagiaires s’effectue par une pratique écrite de la langue. Celle-ci prend la forme d’exercices d’écriture variés visant à une maîtrise complète des alphabets et notamment de l’alphabet arabo-persan “modifié” propre au soranî.

La compréhension écrite, proposée dans ce cours, se fondera sur l’étude d’un large éventail de la littérature kurde, ainsi que sur des articles d’actualité. La rédaction d’essais et des exercices de thème et de version seront également proposés (niveau 2).

Histoire de l’Irak contemporain

Le but de ce cours est de fixer les grands repères chronologiques de l’histoire de l’Irak, de la première guerre mondiale à l’avènement du régime baasiste, et de faire connaître aux étudiants les grandes figures de ce pays, ses transformations politiques et les enjeux sociaux et politiques internes qui le traversent et le structurent.

L'Ifpo à Erbil

Civilisation kurde

Héritiers d’une riche tradition culturelle, les Kurdes s’affirment actuellement, comme des acteurs incontournables de la configuration politique régionale. L’espace kurde transfrontalier ne peut être compris dans sa complexité sans appréhender les connexions socio-politiques inter-kurdes ou la relation conflictuelle avec les Etats centraux de la région. Les cours aborderont les aspects historiques, culturels et politiques de la constitution de l’espace kurde. L’histoire ancienne, médiévale et moderne des Kurdes sera aussi étudiée. Ces cours présentent par ailleurs une introduction à la littérature, aux religions, aux structures sociales, et à la culture matérielle à l’œuvre dans les sociétés kurdes, proposant aux stagiaires une connaissance des manifestations variées de cette culture.

Introduction au soureth et Histoire des églises d’Irak

L’intitulé « églises d’Irak » rappelle par son pluriel la variété des formes linguistiques, culturelles, théologiques et ecclésiales que prit le christianisme ancien dans les régions du Moyen-Orient. Quatre communautés chrétiennes de culture syriaque se sont formées entre le Ve et le XIXe siècle : les communautés assyrienne, chaldéenne, syriaque orthodoxe et syriaque catholique. C’est à l’histoire de ces formes plurielles du christianisme de l’est méditerranéen que s’attache cet enseignement, centré sur leur histoire, leur religion, leur langue, leur culture.

Le soureth est un dialecte néo-araméen commun aux assyro-chaldéens, syriaques d’Irak et juifs du Kurdistan irakien, historiquement parlé dans les villages chrétiens ou au sein des communautés juives, sur des territoires où d’autres langues sont majoritaires au Kurdistan et dans la plaine de Ninive qui compte des villages de plusieurs milliers d’habitants (Alqosh, Qaraqosh, Tell Keyf, etc.). Actuellement, la région du Kurdistan d’Irak apparaît comme une zone de calme relatif, où il existe une importante production littéraire, liturgique, artistique et journalistique dans cette langue.

Culture turkmène

Bien qu’originaires d’Asie centrale, la présence des Turkmènes dans la région du Moyen-Orient est attestée dès le XIe siècle à la suite des premières vagues d’invasion. De nos jours, les Turkmènes seraient le troisième groupe ethnique de l’Irak en terme de population : entre 250 000 et 1 000 000 suivant les sources. Ils vivent principalement dans des villes à l’est du Tigre comme Kirkouk, Kifri ou Khanaqin. Il existe une forte communauté turkmène à Erbil influente dans le domaine de la restauration et le commerce. Dans le Kurdistan irakien, la communauté jouit d’une relative autonomie et liberté. En effet, leur langue est enseignée dans certaines écoles, ils publient des journaux et utilisent l’alphabet latin (auparavant interdit) et peuvent notamment participer à des institutions. Les Turkmènes sont en grande partie musulmans sunnites. Leur islam est fortement influencé par le mysticisme soufi. Ce cours propose aux étudiants un tour d’horizon rapide des aspects variés de la culture turkmène et de son expression.