Le waqf de la Mosquée des Omeyyades de Damas : édition et analyse d’un manuscrit ottoman

Responsables :

Historique du programme et objectifs scientifiques et de coopération

Ce projet initié par Sarab Atassi et Jean-Paul Pascual a pour objectif la publication et l’étude d’un manuscrit in la période ottomane. Il s’agit d’un document, exhumé par B. al-Jabi, daté du début du XVIe siècle, contenant la copie d’un document plus ancien rédigé en 1413 présentant une liste de biens appartenant au waqf de la Mosquée des Omeyyades, leur localisation et leur état à cette date. Le contenu de ce document est précieux à plus d’un titre.

Damas à la fin du XIVe siècle et au début du XVe siècle est ravagée par les conflits internes et les agressions extérieures. La guerre civile ou fitna des années 1389-1393 entre des factions mamelouks antagonistes a détruit une bonne partie de la ville et ce n’est pas la timide activité de construction des dernières années du XIVe siècle qui lui permet de retrouver sa superbe. C’est donc une ville encore dévastée qui s’offre aux troupes et aux machines de guerre de Tamerlan durant l’hiver 1400-1401. Jusqu’ici on ne pouvait que supposer l’étendue des dégâts. D’une part, nous ne possédons pas dans les sources historiques de réel état des lieux de la ville au début du XVe siècle. D’autre part, la quasi-totalité des actes de waqf-s des fondations damascènes de la période mamlouke a aujourd’hui disparu ou est inaccessible, contrairement à ceux du Caire. Il était donc difficile d’aprécier la configuration réelle de la ville et de son hinterland à cette époque. Grâce à la précision du manuscrit, nous pouvons non seulement évaluer les destructions et la persistance de la ruine plus de douze ans après le départ des troupes tatares, mais étant donnée l’importance du waqf de la Mosquée des Omeyyades dont les multiples biens se répartissent intra-muros, extra-muros et dans la campagne damascène plus ou moins proche, il est également possible de « reconstruire » l’image de la ville de Damas dans son environnement au début du XVe siècle. Ce projet n’est pas une simple édition du manuscrit, la traduction en français d’un document portant sur la plus importante fondation de la province, qui emploie au XVIe siècle près de 600 personnes, et son étude en sont des compléments indissociables. Autour d’une équipe de recherche composée d’historiens des époques mamelouke et ottomane, l’objectif sera de réaliser un travail de commentaire du document le replaçant dans le contexte historique de sa rédaction et de fournir une analyse des très riches données relatives à l’histoire urbaine de Damas, complétée par un important travail de cartographie.

Grâce à l'apport de ce document, c'est un pan entier de l’histoire urbaine et sociale de Damas au XVe siècle qui sera dévoilé.

Expression et valorisation scientifiques

Publications ou perspectives de publications

Le document dont le travail d’édition avait été entrepris dans les années 80 par Bassam al-Jabi, Sarab Atassi (Ifpo) et Jean-Paul Pascual (Ifpo) est unique. Le projet a été relancé, il est aujourd’hui conduit par Mathieu Eychenne (Umr 8167), Astrid Meier (Orient Institut) et Élodie Vigouroux (Ifpo).

Nous proposons donc de réaliser dans le courant de l’année 2016, un ouvrage comportant l’édition de ce manuscrit, précédée d’une présentation en arabe de sa nature et de sa composition, suivie d’indices. Cette édition sera accompagnée d' études venant éclairer le contenu du document, d'un dictionnaire des noms de métiers mentionnés et d'un corpus de cartes nécessaires à la compréhension et à l’utilisation de cette source exceptionnelle. 

Contact des responsables du programme

mathieu.eychenne@gmail.com ; e.vigouroux@ifporient.org