Genèse de la santé publique internationale. De la peste d’Orient à l’OMS

Sylvia Chiffoleau

Co-édition Presses de l’Ifpo - Presses universitaires de Rennes

Rennes, 2012

Coll. Histoire

15,5 x 24 cm, 288 p., Illustrations N & B

ISBN : 978-2-7535-2091-2

Prix : 18,00 €

Acheter au PUR : http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=3056

 

Au début du XIXe siècle, l’Europe redoute toujours la menace des épidémies. Mais elle s’irrite désormais de la présence sur son sol des quarantaines qui entravent le développement du commerce.
Menés par la France, les pays européens initient une série de conférences sanitaires, qui constituent la première tentative de politique coordonnée au niveau international, lequel est limité alors à l’Europe. Ils y convient néanmoins l’Empire ottoman, dont le territoire est désigné comme le lieu principal du péril épidémique. Au terme d’un long processus, traversé de conflits scientifiques et politiques, l’accord s’établit finalement autour du transfert, sur la rive sud de la Méditerranée, de la barrière de protection destinée à empêcher le passage des épidémies vers l’Europe. Celle-ci vise en priorité un « groupe à risque », celui des pèlerins de La Mecque, obligés de sacrifier aux contraintes d’un formidable dispositif de contrôle sanitaire qui enserre la mer Rouge. En contrepartie, la législation internationale s’attache à libérer toujours plus des entraves sanitaires la navigation ordinaire et les flux commerciaux. Ce système à deux vitesses perdure jusqu’au cœur du xxe siècle, lorsqu’il est remplacé par la configuration internationale actuelle, dominée par l’OMS.
C’est en croisant les sources d’Europe et d’Orient, dans une approche globale, qu’a été abordée cette question sanitaire d’Orient, prise dans la tourmente des enjeux coloniaux, de ceux du nationalisme et de l’internationalisme naissants. Elle donne à voir la façon dont les acteurs des deux rives de la Méditerranée ont fait conjointement l’apprentissage des règles internationales. Elle révèle également les modalités particulières de la médicalisation au Moyen-Orient qui, malgré leur caractère autoritaire, ont suscité de profonds changements sociaux et culturels.

Sylvia Chiffoleau est historienne, chercheur CNRS à l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo) de Beyrouth. Elle consacre ses travaux à l’étude des sociétés du monde arabe depuis le XIXe siècle, notamment à travers les pratiques et les représentations de la santé, les processus d’internationalisation des normes sociales et des politiques publiques, ou encore l’évolution des rapports au temps.

Sommaire

  • La rencontre médicale de l’Europe et de l’Orient
  • La question sanitaire d’Orient
  • La mise en place d’une stratégie sanitaire internationale en Orient
  • L’aboutissement de la stratégie d’externalisation sur fond d’offensive des épidémies
  • Les Conseils sanitaires d’Alexandrie et de Constantinople : des courroies de transmission fragiles mais efficaces
  • Au cœur du dispositif sanitaire et quarantenaire du pèlerinage à La Mecque
  • La question sanitaire d’Orient dans le nouveau dispositif institutionnel international

 

Fichier attachéTaille
Quatrième de couverture (PDF)41.07 Ko
Table des matières (PDF)648.31 Ko
Introduction (PDF)683.64 Ko