Colloque international : Guerre et paix dans le Proche-Orient médiéval, Xe-XVe siècles Histoire, archéologie et anthropologie (Le Caire, 15-18 décembre 2011)

Date: 
15 December, 2011 - 08:00 - 18 December, 2011 - 19:00
Colloque international : Guerre et paix dans le Proche-Orient médiéval, Xe-XVe siècles Histoire, archéologie et anthropologie (Le Caire, 15-18 décembre 2011)

Colloque international

Guerre et paix dans le Proche-Orient médiéval, Xe-XVe siècles

Histoire, archéologie et anthropologie

Le Caire, 15-18 décembre 2011

Organisation : Institut français d’archéologie orientale du Caire - Institut français du Proche-Orient
Sylvie Denoix, Mathieu Eychenne, Stéphane Pradines et Abbès Zouache

Les séances ont lieu dans l’auditorium du Centre français de culture et de coopération
Rue Madrasat al-Huquq al-firansiyya

Après un premier colloque (Damas, 2010) proposant une réflexion historiographique, l’équipe IFAO - IFPO organise une deuxième manifestation consacrée à la guerre et à la paix. C’est en tant que phénomènes culturels et sociaux qu’ils seront envisagés, en adoptant une démarche pluridisciplinaire (historique, archéologique, anthropologique...) seule à même d’aider à comprendre en quoi ces phénomènes modelèrent en profondeur les sociétés proche-orientales, du IVe/Xe au IXe/XVe siècle. Cinq axes ont été privilégiés :

  1. La paix : un processus évolutif
  2. Fortifications, culture matérielle et patrimoine
  3. Sociétés en guerre
  4. Les femmes et la guerre
  5. Corps en guerre

1. La paix : un processus évolutif

À bien des égards, l’étude de la paix fait figure de parent pauvre de l’historiographie contemporaine. Il faut dire que le concept ne se laisse pas définir aisément. C’est sans doute pourquoi la plupart des études s’y étant attaché se sont contenté de chercher à la définir ou de l’étudier dans le seul cadre des relations diplomatiques. Sans négliger de telles approches, nous nous proposons d’appréhender la paix en tant que processus évolutif d’une part, dans son interaction permanente avec la guerre d’autre part.

C’est ainsi que les relations diplomatiques ne peuvent être opposées à la guerre ; au-delà même de leur complémentarité jadis soulignée par Clausewitz, elles participaient d’objectifs communs, les unes préparant l’autre. Les sorties de guerre et leur ritualisation illustrent bien cet entrecroisement incessant de la paix et de la guerre ; elles mettent au jour, aussi, l’un des processus d’élaboration de la paix. Mais plus largement, l’on s’attachera à toutes les étapes de la construction de la paix, afin de contribuer à l’élaboration d’une « grammaire rituelle de la paix » au Proche-Orient médiéval.

Avant tout, la paix était discours, qui émanaient des souverains. Ces discours n’étaient-ils que propagande destinés à le magnifier, lui qui s’érigeait ainsi en garant d’une sécurité à laquelle ses administrés ne pouvaient qu’aspirer ? Ne peut-on y voir, aussi, la formulation plus ou moins explicite d’une « pensée de la paix » ?

Mais tous les acteurs du champ social étaient concernés. Les sources permettent parfois d’approcher les efforts des uns et des autres en faveur de la paix ou, au contraire, de la guerre. Certains avaient intérêt à ce que la paix régnât (les commerçants) ; d’autres, à l’inverse, militaient pour la guerre (des prédicateurs). Même l’attitude des souverains peut être interrogée : quand se posaient-ils en garants de la paix ? Quand, au contraire, exacerbaient-ils plutôt, chez leurs sujets, la haine de l’autre ?

L’on pourra aussi s’interroger sur l’existence de lieux de paix privilégiés, voire sacralisés. Y combattait-on tout de même, et avec quelles conséquences ? Au contraire, des lieux a priori dédiés à la guerre pouvaient voir leur fonction militaire s’effacer – sous les Ayyoubides et les Mamelouks, les murailles et enceintes urbaines furent progressivement démantelées. Ainsi, les remparts pouvaient se muer en lieux de paix, où la vie suivait son cours. Des habitations y étaient érigées, des hommes et des femmes y vivaient et y mourraient ; la guerre n’y était, alors, plus que lointain souvenir.

2. Fortifications, culture matérielle et patrimoine

D’ailleurs, les fortifications, qui sont probablement les lieux les plus emblématiques de la guerre, sont décisives pour la défense du territoire et des populations. Les forts, les citadelles et les enceintes urbaines démontrent, localement, la volonté du pouvoir central de protéger une route, une frontière ou une ville. Les fortifications sont érigées dans les zones que le pouvoir pense devoir défendre, qu’il s’agisse d’une zone où le risque est le plus grand, ou d’un espace stratégique qu’il ne faut surtout pas perdre. Elles sont l’expression des pouvoirs en place et des tensions régionales, et c’est en tant que telles qu’on les envisagera prioritairement.

Comme les armes, et dans un même mouvement, elles relèvent de l’histoire des techniques et, dans la longue durée, elles connaissent des mutations technologiques qui sont décisives quant à l’issue des combats. Il conviendra de dépasser le cadre étroit de la matérialité de l’objet pour s’intéresser aux savoir-faire. Cette approche de la culture matérielle des sociétés en guerre permettra de s’inscrire dans une perspective d’anthropologie des techniques.

Objets de mémoire aussi que les armes, qui doivent être étudiés sous les angles actif/passif, attaque/protection. En outre, on les appréhendera comme des marques de l’adaptation continuelle des hommes à la guerre – l’adaptation est un moteur de l’évolution des techniques de guerre.
Enfin, nul n’ignore que de nos jours, les fortifications en terre d’islam sont nombreuses à être restaurées. L’on se demandera quels enjeux la mise en valeur de ce patrimoine révèle. Doit-on les lire comme des efforts de construction d’une mémoire nationale ? 

3. Sociétés en guerre

Il est bien connu que la guerre est un phénomène social omniprésent dans les sociétés proche-orientales médiévales. En effet, ces sociétés étaient organisées en grande partie par et pour la guerre. Sans doute peut-on parler de la lente diffusion, dans l’ensemble de la société, d’une culture de guerre propre aux élites militaires et aux armées placées, à partir du Ve/XIe siècle, au cœur de l’organisation sociale, administrative et économique. Des moyens colossaux furent consacrés à la guerre, grevant les budgets et bouleversant jusqu’aux structures urbaines. Mal connus, ces bouleversements, de même que les conséquences de la guerre sur le développement du monde rural, méritent des analyses poussées.

En outre, la guerre se déroulait parfois au cœur des villes. Les habitants en constituaient les témoins privilégiés, souvent même des acteurs décisifs. Dès lors que la guerre a des spectateurs, ses protagonistes sont conscients qu’elle peut être spectacle ; elle est susceptible de participer de la mise en scène du pouvoir. Dans cet esprit, on portera tout particulièrement l’attention sur la mobilisation des troupes, les revues militaires, les retours (victorieux ou non) des armées et les expositions de trophées auxquelles ils donnaient lieu, les processions funéraires consécutives aux combats, les destructions et les reconstructions enfin, qui pouvaient modeler – ou remodeler – en profondeur l’espace urbain. Ainsi donc, la guerre rythmait la vie des hommes et des sociétés ; elle prenait même la couleur de la fête, lors de manifestations de joies ou de terreurs collectives, avant, après ou pendant les combats.

4. Les femmes et la guerre

Ces manifestations touchaient l’ensemble des acteurs du champ social, et notamment les femmes. Le combat guerrier était en effet une affaire d’homme et l’historiographie semble autorisée, dans ce cas, à les oublier ou, au mieux, à produire des lieux communs (captives réduites en esclavage et entraînées dans les harems des vainqueurs). Et pourtant, à y bien regarder, si les femmes ne portaient pas les armes, elles ont pu apparaître sur les champs de bataille : s’occuper des blessés, des morts, était souvent leur rôle. Certaines questions logistiques leur étaient aussi dévolues.

À l’arrière, les femmes avaient aussi des rôles spécifiques, en temps de guerre : dans les armées de métier, la question de savoir si elles occupaient les fonctions réservées aux hommes absents ne se pose pas. En revanche, on se demandera quelles fonctions spécifiques elles avaient, en ces périodes troublées.

Enfin, la question du sort des femmes de l’ennemi se pose. Quel traitement était-on autorisé à leur faire subir ?  Leur corps ne devenait-il pas l’épitomé de l’ennemi ?  Les outrages qui leur étaient destinés n’étaient-ils pas symboliques, et le viol de guerre ne représentait-il pas ce que l’on voulait faire subir à l’ensemble des ennemis ?

5. Corps en guerre

Plus largement, réfléchir sur les corps dans la guerre permettra de repenser l’expérience guerrière comme une expérience humaine – l’histoire-bataille comme la New Military History plus récente avaient tendance à promouvoir une « guerre sans les corps », quelque peu désincarnée.
Une expérience au long cours, pour les guerriers, car leurs corps étaient patiemment forgés pour la guerre. La professionnalisation des combattants, de plus en plus marquée du xe au xve siècle, imposait un entraînement poussé à des hommes dont les sources révèlent qu’ils répétaient inlassablement les mêmes gestes avec une efficacité souvent redoutable. Cette formation au combat, à la souffrance et aux sacrifices n’ont pas réellement été interrogés par les analystes de la guerre.

Il s’agissait aussi d’une expérience de violence, dont le corps était le support privilégié. Blessé, violenté et mutilé parfois, souillé même et transformé en trophée, le corps des combattants est un des lieux privilégiés où espérer « retrouver la guerre » (Stéphane Audouin-Rouzeau) telle que les hommes qui la faisaient l’avaient vécue, dans toute sa crudité.

Tous les hommes, car la guerre était aussi expérience collective, touchant les civils, dont les corps, comme ceux des cadavres de l’ennemi et des prisonniers, pouvaient se muer en front, après les combats. Outragés et violentés à leur tour, mutilés et exposés, ces corps étaient langage que l’on s’attachera à décrypter.

Programme

Jeudi 15 décembre

13h Accueil des participants

14h00 Introduction (Mathieu Eychenne, Abbès Zouache)

La Paix : un temps pour préparer la guerre ?

14h30 Nicolas Drocourt (univ. Nantes), Traiter de paix en temps de guerre. L’activité diplomatique pendant les campagnes militaires de l’empereur byzantin (Xe-XIIe siècles).

15h00 Al-Amin Abouseada (univ. de Ṭanṭa), The Trade with Enemy : the Paradox between Rhetoric of War, Economic Necessities, and Religious Warnings, Byzantium and Muslim world.

15h30 Stéphane Pradines (Ifao), Osama Talaat (univ. du Caire, univ. d’Aden), Tarek el-Morsi (Iremam), Maintien de la paix et protection du territoire : le réseau fortifié égyptien.

16h Julien Loiseau (IUF, univ. Montpellier III), L’armée du jour ou l’armée de la nuit ? Préparation de la guerre, mobilisation des ressources et opposition politique dans le sultanat mamelouk.

16h30 Pause café

Villes en guerre

17h Vanessa Van Renterghem (Ifpo), La ville en guerre et la guerre dans la ville : Bagdad et les Bagdadiens entre sièges, combats et retours à la paix pendant la période seldjoukide (milieu Ve/XIe - milieu VIe/XIIe siècles

17h30 Mathieu Eychenne (Ifpo), Villes et populations en contexte de guerre à l’époque mamelouke.

18h00 Élodie Vigouroux (docteur, univ. Paris IV Sorbonne, chercheur associé Ifpo), Topographie d’une guerre civile. La fitna d’al-Ẓāhir Barqūq à Damas (791-1389-793/1391)

18h30 Osama Talaat (univ. du Caire, univ. d’Aden), Text of ʿImād al-dīn al-Isfahānī on the Walls of Salaḥ al-dīn, around the Fatimid Cairo and al-Fusṭāṭ. An Analytic Study (en arabe).

19h30 Cocktail d’accueil à l’Ifao

Vendredi 16 décembre

Fortifications et représentation du pouvoir

9h Denys Pringle (Cardiff Univ.), The Fortifications of Ascalon from in the Byzantine, Early Islamic and Crusader Periods.

9h30 Christina Tonghini (univ. Ca’ Foscari di Venezia), The Fortification Works of Nūr al-dīn at the Citadel of Šayzar.

10h Alison Gascoigne (Univ. of Southampton), Tinnis as a strategic location in the 12th-13th c.

10h30 Ahmad al-Shoky (univ. ‘Ayn Shams), Eastern Fortifications of Rosetta in  the Mamluk and Ottoman Periods (en arabe).

11h Pause café

11h30 Cyril Yovitchitch (Ifpo), Fortification et représentation du pouvoir à l’époque ayyoubide.

12h Francesca Dotti (doctorante, Ephe), Les données épigraphiques des fortifications islamiques du Bilād al-Šām (XIe-XIVe siècles).

12h30 Christophe Bouleau (Aga Khan Trust for Culture), Conserving the Eastern City Walls in Cairo (2000-2010)

13h00 Déjeuner

À l’assaut : l’armement, sa représentation et son usage

14h30 Agnès Carayon (doctorante, univ. Provence), La Symbolique du Mamlūk : combats simulés et pratiques guerrières en temps de paix.

15h Rehab Ibrahim (univ. du Caire), Art and War in The Ayyubid and Mamluk Periods. « A comparison Study » (en arabe).

15h30 David Nicolle (Univof Nottingham), « Take Shavings of Rawhide » : Finding Mamluk Examples of al-Tarsusi’s Style of Hardened Leather Helmet in the Citadel of Damascus.

16h00 Tarek Galal (univ. du Caire), Impact of Firearms on Mamluk Military Architecture.

Samedi 17 décembre

Des hommes, des femmes dans la guerre

9h Omeima Hasan (univ. de Ṭanṭa), Les caractéristiques militaires des Turkmènes (XIe-XIIIe siècles) (en arabe).

9h30 Boris James (doctorant, univ. Paris X Nanterre, Inalco), Brigands ou guerriers kurdes ? Au-delà des lieux communs, une loi non-écrite de la tribu.

10h Makram Abbès (Mcf, Ens-Lsh, Lyon), La distinction entre civils et soldats dans les traditions juridiques de l’Islam médiéval

10h30 Mathieu Tillier (Ifpo), Rendre la justice en temps de guerre d’après les Kutūb al-siyār, VIIIe-Xe siècles

11h Delia Cortese (Middlesex University, London), Women and the Military in the Fatimid Period.

11h30 Pause café

 

Travesti, violenté et mutilé : le corps du guerrier

12h Abbès Zouache (Ciham Umr 5648 & Ifao), Le corps ciblé : blessures et mutilations pendant les batailles, Ve-VIe / XIe-XIIe siècles.

12h30 Christian Lange (univ. of Utrecht), Slaying Goliath : Toward an Interpretation of the Mutilation of Corpses after Battle in Medieval Islam (4th/10th-9th/15th c.).

13h Timothy May (North Georgia College & State University), The Mongol Body at War.

14h00 Déjeuner

15h : Après midi libre

Dimanche 18 décembre

D’un corps à l’autre : du guerrier au martyr

9h Alaa Talbi (doctorant, univ. Tunis-La Manouba), Le corps manifestant autour des invasions mongoles dans l’orient musulman (1258-1323).

9h30 Julie Bonnéric (doctorante, Ifpo), L’odeur du guerrier : usage des huiles et des parfums dans les armées de l’islam.

10h Roberta Denaro (univ. di Napoli « l’Orientale »), « The Most Beautiful Body » : the Role of the Body in Martyrdom Narratives

10h30 Giuseppe Cecere (Ifao), Le corps du martyre comme lieu de mémoire. Les pérégrinations de reliques en Méditerranée (IXe-XIVe siècles).

11h30 Conclusions (Sylvie Denoix, Stéphane Pradines)

12h Déjeuner

13h Départ de l’Ifao

14h–17h Visite des murailles du Caire (S. Pradines, C. Bouleau & D. Bakhoum)

19h Dîner à al-Azhar Park offert par la Fondation Aga Khan

 

Colloque organisé dans le cadre du programme de recherche  :
« Guerre et paix dans le Proche-Orient médiéval (Xe-XVe siècles) (2008-2011) »

Fichier attachéTaille
Présentation du colloque (français, 3 pages, PDF)129.24 Ko
Programme, résumés (fr, en, ar) et textes de présentation du colloque (PDF)1.69 Mo
Symposium description (english, 3 p., PDF)126.54 Ko