Johnny Samuele Baldi

Courriel: 
j.baldi@ifporient.org

Johnny Samuele BaldiArchéologie

Statut : Chercheur MAE 

À l’Ifpo entre octobre 2011 et septembre 2013, puis depuis septembre 2015

Département : Archéologie et histoire de l’Antiquité

Site : Beyrouth

 

Thèmes de recherche

  • Archéologie, céramologie et technologie céramique à l’aube de la première urbanisation en Mésopotamie et au Levant septentrional (6ème – 4ème millénaires av. J.-C.).
  • Anthropologie des techniques céramiques et modélisations des cultures chalcolithiques au Proche-Orient.
  • Approches archéologiques du passé récent (époque contemporaine). Épistémologie de l’archéologie.

Programme de recherche

L’autre « quart de lune » : relations et frontières socio-culturelles entre Mésopotamie du Nord et Levant du Nord aux 6ème -4ème millénaires
Lors d’une conférence à Saint Clémentin dans les Deux-Sèvres, en 1963, Jacques Cauvin évoqua la notion de « croissant fertile » par la métaphore d’une « demi-lune divisée en deux parties, dont on ne connaît qu’un quart, à savoir la partie méridionale des phases historiques ». À distance de plusieurs décennies, l’affirmation de Cauvin demeure en partie valable : les périodes protohistoriques demeurent largement méconnues et les relations entre les sociétés levantines et mésopotamiennes font encore l’objet de spéculations ou de parallèles ponctuels.

 
Pourtant, la phase entre 6ème et 4ème millénaires coïncide avec un changement fondamental dans l’histoire proche-orientale. Partout, ce que l’on qualifie de « complexité » sociale apparaît progressivement, se manifestant par la spécialisation artisanale, la différentiation architecturale au sein des habitats, l’émergence d’élites locales, les productions céramiques « de masse » et les nécropoles qualifiables pour la première fois de véritables cimetières.
 
Ces phénomènes sont néanmoins déclinés selon des modalités fort différentes selon les régions. L’hétérogénéité des rythmes et des trajectoires a jusque-là empêché une compréhension des connexions internes au secteur septentrional et levantin du « croissant fertile ». À plusieurs reprises, des approches évolutionnistes linéaires ont même fabriqué l’idée d’une bande levantine affligée d’un retard substantiel par rapport à la Mésopotamie, et donc en mesure, tout au plus, d’atteindre de façon ponctuelle un niveau élevé de structuration sociale. Ainsi, la Mésopotamie et le Levant constitueraient des mondes foncièrement distincts, tandis que Byblos et Sidon-Dakerman ne seraient que des terminaux périphériques d’une urbanisation de matrice mésopotamienne.
 
Manifestement, il s’agit de thèses calquées sur celles qui, il y a 20 ans, considéraient le Nord mésopotamien comme une région relativement barbare, irriguée par la culture venant du Sud avec l’expansion urukéenne. Concevoir les « foyers de civilisation » comme irrémédiablement séparés n’est plus acceptable. C’est sur le littoral méditerranéen et dans le bassin de l’Oronte que les relations entre Mésopotamie et Levant ont dû se jouer pour l’essentiel entre les 6ème et 4ème millénaires. Le Liban est donc un point d’observation crucial en tant que zone de contacts culturels étroits, mais cette évidence géographique n’est pas étayée par des données exploitables. En effet, pour cette époque, la région libanaise – exception faite pour de rares sites majeurs – est une espèce de terra incognita, qui apparaît comme une « zone de faille » entre systèmes sociaux distincts, dont la différenciation n’est pas due à un écart significatif sur le plan technique et culturel, mais simplement à des spécificités d’ordre social, économique et politique.
 
Dans mon travail de thèse j’ai démontré qu’en Mésopotamie du Nord, la gestion des espaces et des ressources était fondée sur une compétition très poussée entre de grands groupes de parenté. Ceux-ci ont progressivement concentré leurs intérêts dans des agglomérations proto-urbaines (Tell Brak, Hamoukar, al-Hawa, etc.), en structurant les campagnes en véritables périphéries par un processus de territorialisation visant à gérer de manière pyramidale et hiérarchique les relations de dépendance. Au Levant, par contre, l’absence d’architectures monumentales, de zones de stockage à accès limité ou de différentiations très marquées dans les pratiques funéraires relèvent d’une gestion territoriale basée sur des formes de coopération entre les élites, dont les réseaux semblent en bonne partie complémentaires. Le morcellement culturel levantin, avec ses liens égalitaires entre sites et sa forte spécialisation des habitats témoigne donc d’une gestion territoriale plutôt horizontale et hétérarchique. L’hypothèse à tester est que la diffusion septentrionale de ce que l’on appelle la culture d’Obeid, qui a englobé le Levant syrien dans un système de type mésopotamien en provoquant la « faille » culturelle avec le Levant central, ne daterait pas de la phase Obeid III (5300 av. J.-C.), mais de l’Obeid I (5900 av. J.-C.). Cette reconstruction implique que les deux zones – à l’intérieur et à l’extérieur de l’aire obeidienne – ont entretenu des relations structurelles. Pour le moment, les données disponibles suggèrent un simple parallélisme de longue durée pour les 6ème-4ème millénaires. Des similitudes ont été reconnues entre les assemblages Halaf et Wadi Rabah, des productions céramiques en série (les Coba bols nord-mésopotamiens et les bols tronconiques levantins) apparaissent au milieu du 5ème millénaire, tandis que, un peu plus tard, le tour de potier est introduit dans les deux macro-régions avec des modalités analogues (pour le préformage de récipients fins montés aux colombins). Le parallélisme chronologique ne pouvant pas être fortuit – surtout pour des phénomènes ayant autant d’implications techno-sociales – des liens structurels entre Mésopotamie et Levant sont perceptibles, sans que, pour le moment, l’on puisse en définir les mécanismes.
 
Ethnoarchéologie de la céramique traditionnelle au Liban
Mon projet de recensement des derniers potiers traditionnels du Liban, vise à la fois à en préserver le patrimoine immatériel et à répertorier les différentes techniques maîtrisées par les producteurs de céramiques. En ce sens, mon questionnement vise à comprendre comment les réseaux d’apprentissage – qui sont à la base du caractère traditionnel des chaînes opératoires de la poterie – recoupent les clivages sociétaux (politiques, géographiques, religieux ou d’autre genre) identifiables au sein de la société libanaise actuelle.
 
Archéologie du passé récent – La maison et la tombe : ce qui reste de la vie d’avant
Par l’application de moyens de documentation photo-archéologique aux maisons et aux tombes familiales détruites par la guerre civile (au Liban) et par la campagne al-Anfal (au Kurdistan irakien), ce projet vise à investiguer les aspects matériels de mémoires personnelles et collectives. Il sera question, d’une part, de chercher de nouvelles modalités d’approche photographique des ruines de maisons et tombes abandonnées ou détruites. D’autre part, l’étude de ces ruines en tant que culture matérielle visera à reconstruire des mémoires tangibles et à en analyser les relations au discours officiel sur le passé récent des sociétés libanaise et kurde.

Parcours universitaire et professionnel

  • Janvier 2015 : Soutenance de thèse de doctorat (Archéologie du Proche Orient ancien), Université Paris I Panthéon – Sorbonne ; direct. Pr. Pascal Butterlin (titre : Aux portes de la cité. Systèmes céramiques et organisation sociale en Mésopotamie du Nord entre 5ème et 4ème millénaire) – mention très honorable avec félicitations du jury
  • 2011 – 2013 : Boursier AMI à l’Ifpo (Institut français du Proche-Orient – Beyrouth)
  • Septembre 2010 : École thématique CNRS (Biarritz, organisation Dr. Laure Salanova, Dr. Valentine Roux, CNRS) sur technologie céramique, pétrographie microscopique, techniques de façonnage
  • 13 Février 2006 : « Laurea » italienne (BAC + 5 ans) en Archéologie du Proche Orient Ancien à l’Université de Florence (titre du mémoire : Les fours de potiers du Proche Orient ancien du Chalcolithique à l’Hellénisme : typologie, analyse et classification). Note de « 110/110 magna cum laude »

Expériences professionnelles

Fouilles préventives

  • Depuis 1998, travaux en archéologie préventive en France, Grand Bretagne, Italie.
  • Chargé d’opérations de fouille, expertises et diagnostics (spécialité : Chalcolithique – époque romaine)
  • Rédaction de rapports de fouille, études du mobilier céramiques en privilégiant l’approche technique
  • Formation et encadrement d’étudiants

Fouilles programmées - travaux de recherche

-    Chargé d’opérations de fouille et études du matériel (spécialité Chalcolithique – phase proto-urbaine)
 
  • 2014 – en cours : QARA DAGH OCCIDENTAL (Kurdistan irakien – dir. Dr. R. Vallet, CNRS) – reconnaissance chrono-stratigraphique de sites, notamment Tell Qalaa II
  • 2013 – en cours : MAFGS (Mission archéologique française du Gouvernorat de Souleymanieh, Kurdistan irakien – dir. Dr. J. Giraud, Ifpo) – prospection et reconnaissance chrono-stratigraphique de sites
  • 2010 – 2013 : participation au PROGRAMME ANR PaléoSyr-PaléoLib (dir. Dr. F. Braemer Cépam – CNRS, Dr. B. Geyer MOM – CNRS) – identification et datation des occupations humaines au Levant Nord
  • 2010 : TELL QARASSA – MAFSS (Mission archéologique française en Syrie du Sud – Province de Sweida, Syrie ; direction Dr. F. Braemer, CNRS)
  • 2007 – 2010 : TELL FERES AL-SHARQI (Province de Hassake, Syrie ; dir. Dr. R. Vallet, CNRS) – responsable du chantier Obeid et de l’ensemble du matériel céramique. Terrain suspendu, mission en cours
  • 2006 – 2007 : TELL MOHAMMED DIYYAB (Syrie ; dir. Dr. Ch. Nicolle, CNRS-Collège de France)
  • 2005 / 2008 : TELL JALUL (Jordanie ; dir. R. Younker, Andrews University)
  • 2005 : PHOINIKE (Province de Saranda, Albanie ; dir. Prof. S. de Maria, Université de Bologne)
  • 2004 – 2005 : TELL MOZAN (Province de Hassake, Syrie ; dir. Prof. G. Buccellati, UCLA University)
  • 2003 – 2005 : AL-HABIS – SHAWBAK (Jordanie ; dir. Prof. G. Vannini, Université de Florence)
  • 2003 – 2005 : Étude ethnoarchéologique des techniques céramiques en Haute Mésopotamie entre 5ème et 3ème millénaire par rapport à celles encore employées à Hassake (Syrie), Djerba (Tunisie), Margaritès (Crète) – projet  « Autour du tour, ethnologie proche-orientale et méditerranéenne d’un outil »
  • 2000 – 2005 : TELL BARRI (Province de Hassake, Syrie ; dir. Prof. P. E. Pecorella, Université de Florence)

Publications

Articles de revues
  • (avec J. Giraud et alii) “French Archaeological Mission in Iraqi Kurdistan: first results”, in Syria [A paraître]
  • 2015 : (avec M. Godon et F. Braermer), Qarassa North Tell, Southern Syria: The Pottery Neolithic and Chalcolithic sequence. A few lights against a dark background, in Paléorient 41.1, 2015.
  • 2014 : (avec J.-D.Forest, R. Vallet, et A. Emery 2014 (daté 2010-2011), « Tell Feres al Sharqi, synthèse provisoire au terme de trois campagnes (2006-2008) »,  in Annales Archéologiques Arabes Syriennes LIII-LIV, pp. 15-58.
  • 2013 : “What was missing on the surface. Time, chronological perturbations and some retrospective considerations on the surface exploration at Tell Feres al-Sharqi (North-Eastern Syria)”, in Akkadica 134 (1), 49-75.
  • 2012 :“Nazionalismi e strumentalizzazioni archeologiche: qualche considerazione sulle ossessioni identitarie in protostoria – Nationalisms and archaeological forgeries: some considerations about identitarian obsession in proto-historic archaeology”, in Intersezioni, Rivista di Storia delle Idee XXXII (3), 3-18.
  • 2012 : « De chaque côté de la surface. Temps matérialisé et quelques réflexions sur les temporalités archéologiques », in Temporalités, 15, 2012, [En ligne] http://temporalites.revues.org/2125
  • 2011 : « Une anthropologie des identités techniques des potiers anciens », in Technai, an International Journal for Ancient Science and Technology, 2011 (3), Special issue Technology in Prehistory, 55-8-78.
  • 2010 : “La carta d’identità di chi non conobbi mai. Note antropologiche sull’ossessione per l’identità nell’archeologia pre- e protostorica”, in Achab, Rivista di Antropologia 15, 2010, 27-42.
  • 2008 : (avec J.-D Forest et Régis Vallet), « Tell Feres, rapport préliminaire dela deuxième campagne de fouille (2007) », in Orient Express (13-70) et Annales Archéologiques Arabes Syriennes LXVI(1) 31-50.
  • 2008 : “Things and their oblivion in archaeology: some early thoughts” in Dada, Rivista di Antropologia post-globale 2008(1), 27-64.
  • 2008 : “Strada che muove e strada che si sposta. Qualche osservazione su alcune chiese suffraganee per un approccio archeologico allo studio della Francigena vecchia e nuova nella zona di Certaldo”, in De Strata Francigena, XVI/2, 2008, 61-82.
  • 2007 : “Villa San Pietro : preliminary report and study of the medieval pottery”, in Bollettino della Sovrintendenza archeologica della Toscana 40, fasc. I, 1-56, Florence.
  • 2006 : “La  ceramica  gallo-romana  dello scavo  dell’ospedale di Padova : dallostudio di un materiale alla formulazione di nuove ipotesi sulla colonizzazione e centuriazione del Veneto meridionale”, in Quaderni della Soprintendenza Archeologica del Veneto, XXXVII, 2, 23-86.
  • 2005 : “La ceramica villanoviana di Bibbiani: studio comparativo del materiale eipotesi funzionali”, in Quaderni di Preistoria, XLV, 29-52, Florence, 2005.
Articles au sein d'ouvrages collectifs ou actes de colloques
  • “Social theories, technical identities, cultural boundaries: a perspective on the Uruk “colonial situation” in the LC3-LC5 northern Mesopotamia”, in Actes du workshop “Social Theory in the archaeology of the ancient Near East”, 1 Mai 2012, Varsovie, Éditions Elsevier [Sous presse].
  • “Between Halaf, Ubaid and Wadi Rabah influences: northern Levant in the 6th millennium BC”, in Actes du workshop ‘Trajectories of complexity in Upper Mesopotamia: processes and dynamics of social complexity and their origin in the Halaf period’, tenu au 9th ICAANE, Bâle 9-13/6/2014, in Studia Chaburensia, Harrassowitz Verlag [A paraître].
  • No therapy without acceptance of the disease: political and ethical limits of the archaeology of the Lebanese Civil War”, in Actes de la table ronde Archaeologies of War(s) (1914-2014) as the Field of the Entanglement of Landscape Archaeology, Conflict Archaeology, Memory Studies and…, 13 sept. 2014, European Association of Archaeologists (EAA), Istanbul.
  • 2014 : “Ceramic production and management of the fire between late Ubaid and LC1. The potter’s kilns of Tell Feres al-Sharqi”, in P. Bieliński, M. Gawlikowski, R. Koliński, D. Ławecka, A. Sołtysiak et Z. Wygnańska, Proceedings of the 8th International Congress on the Archaeology of the Ancient Near East 30 April – 4 May 2012, University of Warsaw, Vol. III, Harrassowitz Verlag, Wiesbaden, 2014, 187-200.
  • 2013 : “Anthropological reading of the ceramics and emergence of a profession: a protohistoric North-Mesopotamian view from Tell Feres al-Sharqi”, in Proceedings of the I International Congress on Ceramic Studies. Tribute to Mercedes Vegas / I Congreso Internacional sobre Estudios Cerámicos.Homenaje a Mercedes Vegas - Cadiz (Spain), 1st to 5th November 2010, 477-504.
  • 2013 : “Ceramic technology at Tell Qarassa North (southern Syria): from “cultures” to “ways of doing”, in Luca Bombardieri, Anacleto D’Agostino, Guido Guarducci, Valentina Orsi, and Stefano Valentini (eds.), SOMA 2012 Identity and Connectivity: Proceedings of the 16th Symposium on Mediterranean Archaeology, Florence, Italy, 1–3 March 2012, in BAR – S2581, Vol. I “Near Eastern Identities”, Archaeopress, Oxford, 17-24.
  • 2012 : “Tell Feres al Sharqi: A 5th-4th millennium site in the Khabur drainage basin”, in in Roger Matthews and John Curtis (eds.), Proceedings of the 7th International Congress on the Archaeology of the Ancient Near East 12 April – 16 April 2010, the British Museum and UCL, London. Volume 3, Wiesbaden, Harrassowitz Verlag., 33-50.
  • 2012 : “Coba bowls production, use and discard : a view from Tell Feres al Sharqi”, in Roger Matthews and John Curtis (eds.), Proceedings of the 7th International Congress on the Archaeology of the Ancient Near East 12 April – 16 April 2010, the British Museum and UCL, London. Volume 1, Wiesbaden, Harrassowitz Verlag, 355-368.
  • 2012 : “Tell Feres al-Sharqi in LC1-2 period. Serial production and regionalisation of ceramic traditions: a perspective from a small rural site”, in C. Marro (éd.), After the Ubaid. Interpreting Change from the Caucasus to Mesopotamia at the Dawn of Urban Civilization (4500-3500 B.C.). Papers from The Post-Ubaid Horizon in the Fertile Crescent and Beyond. International Workshop held at Fosseuse 29th June-1st July 2009, De Boccard, Paris, 2012, 129-162.
  • 2012 : “Coba bowls, mass production and social change in Post-Ubaid Times”, in C. Marro (éd.), After the Ubaid. Interpreting Change from the Caucasus to Mesopotamia at the Dawn of Urban Civilization (4500-3500 B.C.). Papers from The Post-Ubaid Horizon in the Fertile Crescent and Beyond. International Workshop held at Fosseuse 29th June-1st July 2009, Deboccard 2012, Paris, 393-416.
  • 2012 : “Anthropological approach to the ceramics and emergence of a new way to date: at the edge of the archaeology-anthropology relations”, in N. M. McPherson (éd.), Anthropology, current tendencies: an overview, in Special issue of Anthropologica, 2012, 177-192. 
  • 2012 : “Identità tecniche e identità sociali a Tell Feres al-Sharqi tra fine Ubaid e LC2. Alcune riflessioni ceramologiche sull’apparizione del mestiere di vasaio nel nord della Mesopotamia tardo calcolitica”, in Stefania Mazzoni (éd.), Studi di Archeologia del Vicino Oriente: scritti degli allievi fiorentini per Paolo Emilio Pecorella, Firenze University Press, Firenze, 2012, 11-38.
  • 2012 : (avec K. Abu Jayyab) “A comparison of the ceramic assemblages from Tell Feres al-Sharqi and Hamoukar”, in C. Marro (éd.), After the Ubaid. Interpreting Change from the Caucasus to Mesopotamia at the Dawn of Urban Civilization (4500-3500 B.C.). Papers from The Post-Ubaid Horizon in the Fertile Crescent and Beyond. International Workshop held at Fosseuse 29th June-1st July 2009, Deboccard 2012, Paris, 163-182.
  • 2011 : « Entre Haute Mésopotamie et Levant Nord au 4ème millénaire : chronologie et formes d’interactions », in G. Garbati (éd.), Crisis and transformation in the late prehistoric Mediterranean world, CNR Editions, Rome, 2011, 67-90.
  • 2011 : « Ce qui reste d’un geste : fabrication des poteries préhistoriques et comparaisons des référentiels pour les analyses techniques des assemblages archéologiques », in M. Vidale (éd.), Techne, art and Technics : implications for current archaeological practices, Loescher, Turin, 2010, 131-156.
  • 2010 : «  Chaînes opératoires et modes de productions : réflexions sur les possibilités de reconstruire les environnements de travail », E. Giannichedda (éd.), Technics for a global object-archaeology, ISCUM, 2010, 51-72.
  • 2005 : “Some observations on third millennium ceramic techniques at TellBarri”, in Tell Barri-Kahat 2005 Preliminary Report, Università degli Studi di Firenze, Florence, 63-70.
  • 2005 : “Paleo-Babylonian and Neo-Babylonian  bronze  fibulae from Tell Barri: a comparative study”, Tell Barri-Kahat 1998-2003 Preliminary Reports, Università degli Studi di Firenze, Florence 2005, 127-144. 
Livres 
  • Le temps et le paysage. De la voie Cassienne à la voie Francigena, de Volterra à Empoli : les petits bâtiments religieux. Documentation bibliographique et archéologique des territoires de la partie centrale de la Voie Francigena en Toscane à travers l’analyse des petits bâtiments de la fin de la période classique à celle romane. Ed. Spolia [A paraître]
  • 2012 : In the potter’s field: pottery kilns and workshops in the pre-classical Near East, All’Insegna del Giglio – Le Lettere, Florence, 2012.
  • 2009 : (avec R. Stopani) Il “romanico rurale”. Architettura religiosa minore in Toscana nei secoli XI-XIII, Le Lettere, Florence, 2009.
Blogs, Carnets de recherche
Autres activités
  • Depuis 2012 : Membre de l’Association for the Protection of the Libanese Heritage (APLH) http://www.protect-lebaneseheritage.com/ et responsable d’une rubrique régulière sur le Journal de l’association, Of Men and Ruins – Des Hommes et des Ruines.
  • Depuis Janvier 2009 : Membre du « Prehistoric Ceramics Research Group » (Manchester, Salisbury, Southampton)http://www.pcrg.org.uk/index.htm
  • Depuis Janvier 2009 : Membre de l’Association Arkeotek (pour l’étude des technologies anciennes - Nanterre) http://www.thearkeotekjournal.org/
  • Depuis Mars 2008 : Membre du CFBB – Comité français du Bouclier Bleu pour la sauvegarde du patrimoine http://www.bouclier-bleu.fr/
  • 2006 – 2007 : Membre  du  comité  éditorial du  Web  Journal  on  Cultural  Patrimony  (Université« L’Orientale » de Naples, « Al-Quds » University of Jerusalem, Observatoire Euro-méditerranéen pour les aires de crise)
  • Depuis Janvier 2006 : Membre de l’”International Observatory for the Protection of Cultural Patrimony in Areas of Crisis” – Naples Université “L’Orientale”, ISFoRM, International Committee of the Blue Shield (ICBS)