Forteresse hellénistique et implantations monastiques sur l’île de Faïlaka (Koweït)

Forteresse hellénistique et implantations monastiques sur l’île de Faïlaka (Koweït)

Responsable Julie Bonnéric

  • Participants Ifpo : J. Abdulmassih [archéologue — forteresse —, Professeur à l’Université Libanaise, chercheur associé Ifpo] ;   J. Bonnéric (archéologue, céramologue, responsable de l’étude d’al-Quṣūr) ; E. Devaux (conservation) ; C. Durand (céramologue [forteresse]) ; M. Gelin (archéologue, responsable de l’étude de la forteresse) ; B. Couturaud (archéologue).
  • Autres participants : S. Alami (restauratrice d’objets) ; H. Al Mutairi (céramologue, al-Quṣūr) ; M. Al Ansary (restaurateur d’objet) ; Al Saei (muséologie) ; H. David (dessinatrice) ; S. Duwish (responsable scientifique de la partie koweïtienne) ; J. Humbert (dessinateur) ; J.-M. Gelin (archéologue) ; M. Rivoal (archéologue) ; Sh. Shéhab (consultant, ancien responsable scientifique de la partie koweïtienne).
  • Partenaires institutionnels : National Council for Culture, Arts and Letters  (http://www.nccal.gov.kw), Département des Antiquités et des Musées, State of Kuwait ; Ifpo ; CNRS.
  • Mécénat : Fondation Total (http://fondation.total.com/) et Total Kuwait

Équipe de la mission 2012 © Mission archéologique franco-koweïtienne de Faïlaka.

Fondée en 2011, la Mission archéologique franco-koweïtienne de Faïlaka (MAFKF) concentre son activité sur la forteresse hellénistique de Tell Sa’id et sur le village et/ou monastère chrétien d’al-Quṣūr. Elle est le fruit d’une collaboration franco-koweïtienne entre le National Council for Culture, Arts and Letters (NCCAL) du Koweït et l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo). Elle bénéficie en outre du mécénat de Total Kuwait et de la Fondation Total, ainsi que du soutien de l’Ambassade de France et de l’Institut français du Koweït.

Mission Ifpo à Failaka (Koweit)
Équipe de la mission 2011 © Mission archéologique franco-koweïtienne de Faïlaka.

Les sites de la forteresse hellénistique et d’al-Quṣūr sont respectivement implantés sur la côte sud et au centre de l’île de Faïlaka, une île particulièrement riche en vestiges archéologiques. Pas moins de treize sites, de périodes variées (âge du Bronze, époque hellénistique, islamique, etc.), ont été recensés. Cette forte occupation peut s’expliquer par la présence d’une nappe phréatique d’eau douce, par les dimensions peu étendues de l’île et par sa position sur les voies commerciales antiques. Des missions danoise, italienne, américaine, française, slovaque, géorgienne ou encore polonaise participent, depuis les années 50, à l’exploration archéologique de l’île.

La forteresse de Tell Sa‛id, située  à l’angle sud-ouest de l’île de Faïlaka, aurait été fondée au début du 3e siècle av. n. è. par le séleucide Antiochos 1er et occupée de manière intensive jusqu’au  1er s. av. n. è. Elle a ensuite connu plusieurs occupations ponctuelles jusqu’au 1er s. de n. è. L’île, appelée Ikaros, offrait une position stratégique : localisée sur la frontière sud de l’empire séleucide, elle était probablement un point de contrôle idéal et un parfait avant-poste de défense du continent.

De dimensions modestes, la forteresse n’en est pas moins d’une importance majeure car elle est l’un des rares sites hellénistiques à ne pas être réoccupé aux époques suivantes, nous révélant le quotidien de la civilisation grecque établie en Orient. Elle montre, notamment à travers son architecture, comment la fusion des cultures grecque et orientale a pu se réaliser. Le temple situé au centre de la forteresse présente un plan grec mais ses colonnes comportent des chapiteaux de type grec (style ionique) et des bases de type oriental (style achéménide).

Les recherches de la mission franco-koweïtienne se concentrent particulièrement sur les fortifications qui, par leurs aménagements et modifications successifs témoignent de la vie de la forteresse, ainsi que sur son organisation interne.

Al-Quṣūr est quant à lui le seul site non-côtier de l’île. Deux églises ont été découvertes par la précédente mission française (Fouilles françaises de Faïlaka) au centre d’un village dispersé sur plus de 1,8 km de long. L’église la plus imposante, construite en briques crues, était ornée de croix et décors en stuc.

 

L’objectif de la mission est de préciser la durée d’occupation du site ainsi que sa nature (village et/ou monastère). Un plan topographique de l’ensemble des vestiges est en cours pour offrir une vision d’ensemble du site, œuvrant ainsi à la compréhension, non seulement de son organisation, mais de sa nature même. Par ailleurs, une étude céramologique préliminaire du matériel mis au jour par les FFF a déjà permis de préciser le devenir de ce site en montrant qu’il avait été occupé depuis le VIIe jusqu’au XIXe s. Cette étude est actuellement complétée et approfondie avec le matériel découvert lors des fouilles de la MAFKF. Deux secteurs de fouille ont en effet été ouverts pour déterminer l’existence, ou non, d’un mur d’enclos qui indiquerait ainsi un monastère. Ils sont situés au nord et à l’ouest des églises, bordant un secteur vide de vestige en surface qui pourrait constituer une place entourant les édifices religieux. Les fouilles ont complexifié la chronologie et fait apparaître des phases d’occupation du site inédites.

J. Humbert, dessinateur topographe, sur la forteresse hellénistique © Mission archéologique franco-koweïtienne de Faïlaka.
J. Humbert, dessinateur topographe, sur la forteresse hellénistique © Mission archéologique franco-koweïtienne de Faïlaka.

Les fouilles de Faïlaka sur les Carnets de l’Ifpo

  • Emmanuelle Devaux, « Préservation de la forteresse hellénistique de Faïlaka : premiers pas et solutions d’urgence », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 23 octobre 2014[En ligne] http://ifpo.hypotheses.org/6231
  • Julie Bonnéric, « Al-Quṣūr (Koweït), état des recherches de la mission archéologique franco-kowétienne de Faïlaka (2011-2013) », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 2 septembre 2014. [En ligne] http://ifpo.hypotheses.org/6164
  • Mathilde Gelin, « De retour de mission… Faïlaka au Koweït (3). La forteresse hellénistique », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 16 juillet 2014. [En  ligne]http://ifpo.hypotheses.org/6123
  • Mathilde Gelin, « De retour de mission… Faïlaka au Koweït (2) », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 18 mars 2013. [En  ligne] http://ifpo.hypotheses.org/4929
  • Mathilde Gelin, « De retour de mission… Faïlaka au Koweït (1) », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient (Hypotheses.org), 26 janvier 2012. [En  ligne] http://ifpo.hypotheses.org/2908

Page Facebook de la mission :

Blog de la mission :