Les maîtres soufis et leurs disciples. IIIe-Ve siècles de l’hégire (IXe-XIe s.). Enseignement, formation et transmission

Les maîtres soufis et leurs disciples. IIIe-Ve siècles de l’hégire (IXe-XIe s.). Enseignement, formation et transmission

Geneviève Gobillot et Jean-Jacques Thibon (éd.)

Beyrouth, Presses de l’Ifpo, 2012

Études arabes, médiévales et modernes (PIFD 273)

170 x 240 mm, 432 p.

ISBN 978-2-35159-048-5

25 euros

Consulter en ligne en accès libre sur Openedition Books

Acheter le livre électronique (PDF + epub, 9,99€) : http://librairie.immateriel.fr/fr/ebook/9782351590485/les-maitres-soufis-et-leurs-disciples-des-iiie-ve-siecles-de-l-hegire-ixe-xie


Les textes publiés dans le présent volume représentent une contribution aux débats portant sur l’origine de la mystique en terre d’islam, en particulier du soufisme, et sur son évolution lors des premiers siècles de l’ère hégirienne. La difficulté de l’approche est double : celle de comprendre des origines par nature éloignées et imprécises, et celle d’aborder un phénomène personnel et fuyant comme l’est la mystique. Cette question des origines demande une relecture des textes les plus anciens et une prise de distance par rapport aux idées reçues tant dans la tradition musulmane que dans les milieux universitaires. Il s’agit de savoir comment sont apparus au fil des siècles des hommes et des femmes considérés comme des Maîtres et comment le rapport entre eux et ceux qui sollicitaient leur enseignement et leur compagnie s’est établi et formalisé. Les enjeux sont essentiels : ils touchent  à la définition de l’autorité religieuse, à la légitimation de l’entreprise mystique et à la validité et à la reconnaissance de son discours.

Le choix de cette thématique – le rapport entre Maîtres et disciples – permet d’aborder les questions de l’enseignement, de la formation et de la transmission de l’expérience mystique. C’est précisément autour de l’exercice et de la nature de ce rapport que se construiront tous les groupes mystiques musulmans, soufis ou non. Mais il nous entraine au cœur d’un paradoxe : l’expérience mystique n’est-elle pas en effet, par définition, personnelle, non reproductible à l’identique et, partant, intransmissible ?

Auteurs

Geneviève Gobillot est professeur de civilisation et d’histoire des idées arabo-musulmanes à l’Université de Lyon depuis 1993. Spécialiste de la mystique musulmane des premiers siècles, et en particulier du grand théoricien de la sainteté en islam al‑Ḥakīm al-Tirmiḏī, elle travaille depuis douze ans sur les lectures intertextuelles et interculturelles du Coran.

Jean-Jacques Thibon est maître de conférences à l’université Blaise Pascal à Clermont-Ferrand, où il enseigne la langue et la civilisation arabes. Islamologue, il est spécialiste du soufisme médiéval. Son ouvrage de référence, L’œuvre d’Abû ‘Abd al-Rahmân al-Sulamî (325/937-412/1021) et la formation du soufisme, a été publié à l’Ifpo.

Table des matières

Introduction par Pierre Lory    7

I- Réflexions sur les concepts et l’évolution historique    15

  • Sviri Sara, Sufism: Reconsidering terms, definitions and processes in the formative period of islamic mysticism    17
  • Gril Denis, Compagnons ou disciples ? La ṣuḥba et ses exigences : l’exemple d’Ibrāhīm b. Adham d’après la Ḥilyat al-awliyā’     35
  • Thibon Jean-Jacques, Abū ‘Uṭmān al-Ḥīrī et la synthèse de la spiritualité ḫurāsānienne    55
  • Honerkamp Kenneth Lee, The Ethical-Mystical Foundations of the Master-Disciple Relationship in Formative Sufism in Ninth and Tenth Century Nīšābūr     79

II- Le soufisme et ses liens avec les autres catégories du savoir    99

  • Bin Ramli  Harith The Sālimiyya and Abū Ṭālib al-Makkī: The Transmission of Theological Teachings in a Basran Circle of Mystics    101
  • De Crussol Yolande, Présentation de l’ouvrage d’al-Ḥāriṯ b. Asad al-Muḥāsibī : Les gains,les moyens de subsistance licites et la réalité de l’abandon confiant à Dieu    131
  • Melchert Christopher, Abū Nu‘aym’s sources for Ḥilyat al-awliyā’, Sufi and Traditionist    145
  • Zahri Khali, Maître et philosophe : étude sur la cité vertueuse entre Tirmiḏī et Fārābī (en arabe)    161

III- Les maîtres et leurs méthodes     215

  • Sobieroj  Florian, Modes of transmission of spiritual influence: The instruction of Abū Bakr al-Šiblī, a 4th/10th. c. Sufi master of Baġdād    217
  • Ballanfat Paul, La direction spirituelle chez Abū Sa‘īd b. Abī l-Ḫay (357-440/967-1049)     245

IV- L’écriture comme moyen de transmission    291

  • Gobillot Geneviève, La transmission de l’enseignement mystique par l’écrit dans les milieux ḫurāsāniens des IIIe/IXe –IVe/Xe s.    293
  • Kebe Ndiouga, La formation spirituelle du murīd selon Abū Ṭālib al-Makk, (m. 386/996)     325

V-  Regards d’un maître soufi contemporain et d’un poète sur les débuts  du soufisme    351

  • Alhusayni Abul-Huda, Earlier pioneers of ṣūfism in the 3rd and 4th cs a.h. (en arabe)    353-386
  • Meliane Mahmoud, Le dévoilement du caché dans la poésie mystique d’expression arabe (en arabe)   387-408

Résumés    409

AttachmentSize
Résumes (abstracts) des articles (PDF, 22 pages)430.58 KB