Déhès II : les pressoirs

Déhès II : les pressoirs

Déhès II : les pressoirs

Olivier Callot

Bibliothèque archéologique et historique (BAH) 210

ISBN : 978-2-35159-732-3

Commander ce livre

Presses de l'Ifpo

Prix : 40 €

Résumés

Le village de Déhès, situé dans le Gebel Baricha au nord du Massif Calcaire de la Syrie du Nord possède 29 pressoirs et, de 1998 à 2010, nous avons pu en fouiller 20. Contrairement à ce qui a été écrit jusqu’à aujourd’hui, la grande majorité de ces installations sont destinées à presser du raisin et seules 3 (peut-être 5) sont des huileries. Les petites installations utilisant des rouleaux en pierre pour écraser les grappes ont rapidement été remplacées par des presses plus performantes à leviers entraînés par des treuils. Enfin, c’est à partir du IVe et du Ve siècles que les mêmes pressoirs sont transformés pour utiliser des presses à leviers et à vis encore plus puissantes. La plupart de ces pressoirs ont fonctionné jusqu’à l’époque omeyyade et même certaines installations semblent avoir été construites à ce moment. Ce ne serait qu’au IXe siècle, au début de la période abbasside, que s’amorce le déclin et l’abandon de cette région.

Abstract

The Village of Déhès, located in the Gebel Baricha, north of the Massif Calcaire (Limestone Massif) in Northern Syria, has 29 presses and from 1998 to 2010, we were able to excavate 20 presses. Contrary to what has been written up to date, the vast majority of these installations are meant to press grapes and only 3 (possible 5) are olive presses. Small installations using stone rollers to crush grapes were quickly replaced by more efficient presses with levers driven by winches. Only in the 4th and 5th centuries on were the same presses transformed into presses using levers and screws, becoming even more powerful. Most of these presses continued to be used into the Umayyad Era and certain installations seem to have been built during this period. It was only in the 9th century, at the beginning of the Abassid period, that this region began to decline and was eventually abandonment.

Hauran IV Sahr Al-Leja. Volume I : le sanctuaire et l’agglomération à l’époque romaine

bah-209-1er-couverture

Hauran IV Sahr Al-Leja

Volume I : le sanctuaire et l’agglomération à l’époque romaine

Recherches syro-franco-allemandes 1998-2008

Sous la direction de Jean-Marie Dentzer et Thomas Maria Weber-Karyotakis

par Jacqueline Dentzer-Feydy, Jean-Marie Dentzer,
François Renel, Annie Sartre-Fauriat

Avec les contributions de Christian Augé (†), Jean-Claude Bess ac, Frank Braemer, Gourguen Davtian, Cécile Dumond-Maridat, Odile Duss art, Damien Gazagne, Mikaël Kalos, Sébastien Lepetz, Heike Richter, Jérôme Rohmer, Tristan Yvon et Thomas M. Weber-Karyotakis

Bibliothèque archéologique et historique (BAH) 209

ISBN : 978-2-35159-729-3

Commander ce livre

Presses de l'Ifpo

Prix 60 €

Résumé

Depuis le début des explorations archéologiques au début du XXe siècle, Sahr, situé dans la partie nord du désert basaltique du Leja (Syrie du Sud), a paru énigmatique : isolé et peu accessible, ce site n’a pas la structure habituelle d’un village. Un sanctuaire, constitué d’un temple au fond d’une cour à portiques et flanqué d’un petit théâtre, occupe la partie centrale de l’agglomération. Celle-ci comporte une cinquantaine d’unités d’habitation composées de pièces couvertes à l’intérieur d’enclos fermés. Ces pièces, souvent organisées en ensembles mitoyens, ne sont pas fermées, dans leur majorité, mais ouvertes sur l’enclos par une large baie ou par un portique. Ces unités d’habitation ne paraissent pas avoir été construites suivant un plan d’organisation du site. Le sanctuaire, en revanche, de même que le théâtre, semblent bien avoir été conçus suivant un même programme. Contrairement aux restitutions de Butler, cette étude prouve qu’un large adyton voûté s’ouvrait au fond de la cella du temple, suivant un schéma bien attesté dans le domaine cultuel syrien, et qu’un autel maçonné était situé à l’intérieur de la cella. Dans la cour à portiques du sanctuaire était construit un podium qui portait un important groupe sculpté à symbolique religieuse et politique dont Th. M. Weber-Karyotakis a fait l’étude (HAURAN IV, vol. 2, 2009). Cet état du sanctuaire date de l’époque d’Agrippa II. Il succède à un premier état partiellement conservé datable du milieu du Ier s. av. J.-C. Ce site ne semble pas avoir bénéficié d’une occupation permanente, mais plutôt d’une occupation saisonnière, sans doute liée aux activités pastorales de populations qui se déplaçaient en fonction des ressources. À ces cycles étaient associées des fêtes religieuses qui donnaient lieu à des rassemblements et des célébrations dans le sanctuaire, le théâtre et les constructions de l’agglomération. L’occupation principale de Sahr al-Leja s’est prolongée du milieu du Ier s. av. J.-C. jusqu’à son abandon presque complet dans la deuxième moitié du IIIe siècle, qui fut suivi d’installations limitées jusqu’à l’époque médiévale.

Villages on the Edge: Whither the Rural Heritage of Jordan?

التاريخ: 
16 October, 2017 - 18:00 - 20:00
Villages on the Edge: Whither the Rural Heritage of Jordan?

Public lecture in English

Joint Ifpo/CBRL Insights Series ‘Perspectives on the Modern and Contemporary Arab World’

القرى على الحافة: التراث الريفي في الأردن

المحاضرة باللغة الإنجليزية

Speaker

Dr. Carol Palmer (Archaeologist/Anthropologist, CBRL)

Abstract

While Jordan is strongly identified with its rich Bedouin traditions, the heritage of the fellaheen, the people of the fertile arable areas, tends to be focussed upon much less. Within three to four generations, agriculture has dramatically receded as a daily way of life. Moreover, Jordan’s fertile agricultural areas have witnessed rapid urbanization with people moving to the city and adopting city ways. This lecture explores Jordan’s historical position on the boundary between the ‘desert and the sown’, continuity between settled and mobile modes of life, and the material remains and routine practices of villagers. It takes as a particular case study the village of Al-Ma’tan in the Tafila governorate and considers how this recent heritage can best be preserved.

About the speaker

La médiation scientifique en archéologie : MuseoLab et Bonne Pioche, projets et actions

التاريخ: 
10 October, 2017 - 17:00 - 18:30
La médiation scientifique en archéologie : MuseoLab et Bonne Pioche, projets et actions

Conférence organisée en partenariat avec l'Institut français du Liban dans le cadre des Rendez-vous de l'Ifpo

Présentation

Les deux associations, Bonne Pioche et MuseoLab’, présenteront l’histoire de leurs créations, leurs missions et actions. Durant cette présentation, l’équipe de MuseoLab’ insistera sur l’état actuel de la médiation en archéologie au Liban. Cette intervention sera suivie d’une animation autour d’un quiz archéologique et d’une visite aux différents kiosques du festival à l’extérieur.

Parcours d’hommes, portrait d’une littérature : Le récit de vie et ses fonctions dans les sources arabes classiques

التاريخ: 
4 October, 2017 - 09:00 - 6 October, 2017 - 12:30
Parcours d’hommes, portrait d’une littérature : Le récit de vie et ses fonctions dans les sources arabes classiques

Colloque international

Parcours d’hommes, portrait d’une littérature : Le récit de vie et ses fonctions dans les sources arabes classiques

Lieu

Hammamet

Dates

4-6 octobre 2017
 

Présentation

Ce colloque a pour objectif d’examiner le récit biographique dans les sources arabes classiques, tous domaines confondus, dans une perspective littéraire.
Il relève du programme GenèR de l’Ifpo (Genèse et évolution du récit littéraire arabe : nouvelles perspectives), et du séminaire du laboratoire ESICMED (2016 – 2017) portant sur « La biographie et l’autobiographie : comment repenser le temps court en terre d’Islam », qu’il vient conclure.
La réflexion qui le sous-tend s’inscrit en continuité avec la première étape du programme GenèR. Celle-ci s’est intéressée à la notion de littérarité dans les textes arabes anciens et à l’exploration de la dimension littéraire dans les sources historiographiques et religieuses (Coran, exégèse, hadith, sīra, traités de zuhd et eschatologie). Elle portait ainsi sur la définition d’un nouveau corpus parallèle à l’adab, et à l’examen des limites de ce corpus ainsi que des outils aptes à mettre en exergue son potentiel littéraire. Elle avait notamment pour ambition de mettre en cause la stricte frontière disciplinaire séparant le corpus des études littéraires arabes de ceux réservés aux études islamologiques ou historiographiques.

Disparition de notre collègue Jean-Paul Thalmann

Jean-Paul Thalmann (1946-2017) lors de la dernière campagne à Tell Arqa (2014)

Jean-Paul Thalmann, enseignant honoraire à l'Université Paris I - Panthéon Sorbonne, archéologue de renommée internationale, ancien élève de l'École française d'Athènes et ancien pensionnaire de l'Institut français d'archéologie du Proche-Orient (IFAPO), grand ami du Liban et des archéologues libanais, s'est éteint, entouré de sa famille, ce samedi 8 juillet 2017.

Après des études classiques poussées (École normale supérieure en 1968, agrégation des Lettres en 1971), mais aussi une solide formation technique, Jean-Paul Thalmann avait rejoint l'École française d'Athènes en 1973 où s'épanouit sa vocation archéologique pluridisciplinaire. Il a participé notamment aux chantiers d'Argos, dans le Péloponèse, et d'Amathonte, en Chypre, où s'est affirmé son intérêt pour les périodes anciennes pré-classiques et l'Âge du Bronze, bien qu'il demeurât toute sa vie un helléniste discret et de première force.

Par la suite, il aura l'occasion de travailler sur ces mêmes périodes en Iraq (Larsa) et en Syrie (Akkar). En 1972, à l'appel du Directeur de ce qui était encore l'Institut français d'archéologie de Beyrouth (IFAB, devenu ensuite l'IFAPO, puis le Département d'Archéologie et d'Histoire de l'Antiquité au sein de l'Ifpo), Ernest Will, qui venait d'ouvrir au Liban Nord le chantier archéologique de Tell Arqa, Jean-Paul Thalmann rejoignit l'équipe à l'œuvre sur ce site, pour prendre en charge le volet Âge du Bronze du programme qui se mettait en place. Très vite, il démontra à Ernest Will et à Maurice Chéhab, Directeur général des Antiquités du Liban, comme au Président de la république libanaise, Souleiman Frangié, que ce devait être la priorité scientifique. Aussi devint-il logiquement, en 1978, le Chef de la Mission archéologique française de Tell Arqa. Jean-Paul Thalmann a fouillé pendant quelque quarante ans ce site de première importance, qui présente une continuité d'occupation exceptionnelle, entre le quatrième millénaire et l'époque mamelouke.

À la suite de Maurice Dunand, le fouilleur de Byblos, il a révélé un pan essentiel de l'histoire du Liban pré-classique et de l'archéologie levantine, discipline pour laquelle Tell Arqa constitue désormais un site de référence. Ses communications scientifiques ont ainsi profondément renouvelé notre connaissance historique de l'Orient ancien et très ancien, faisant autorité unanime parmi les spécialistes. Une première synthèse fut publiée en 2006 dans la Bibliothèque archéologique et Historique (BAH 177), la collection savante de l'Ifpo.

On ne s'attardera pas ici sur le bilan scientifique d'une vie archéologique de premier plan car Il faut aussi souligner l'attachement de Jean-Paul Thalmann pour le Liban où il n'a cessé de travailler, avec constance et presque obstination, jusque dans les années les plus difficiles de l'histoire récente, quand d'autres terrains auraient pu lui sembler plus commodes. Sur quelque quarante ans, la Mission de Tell Arqa s'est développée, dans un bel esprit de coopération avec les archéologues libanais, tant les représentants de la Direction générale des Antiquités (DGA) que les étudiants des diverses universités locales qui s'y sont pratiquement tous formés, à un stade ou à un autre de leur cursus. Inlassablement, jusque parfois très tard dans la soirée, Jean-Paul Thalmann leur communiquait sa compétence, son savoir-faire et sa foi scientifiques. Non plus que ses étudiants français de la Sorbonne, gageons qu'ils n'oublieront pas ce maître motivant et passionné.

Réserves naturelles et urbanisation : si le cèdre cache le béton, où pond la tortue ?

التاريخ: 
11 July, 2017 - 18:00 - 20:00
Réserves naturelles et urbanisation : si le cèdre cache le béton, où pond la tortue ?

Observatoire urbain du Proche-Orient

Séminaire

Myrna Semaan Haber, PhD, Researcher and Academic, Project Developer and Coordinator, Naturalist and Conservationist, IUCN-SSC Member, Book Author Plant Author and Systematist

Nabigha Dakik, PhD, scientific advisor of Tyre Coast Nature Reserve, Nature Reserve Office

Résumé

Au Liban, la notion de réserve des ressources naturelles est attestée au moins depuis que l’empereur romain Hadrien a délimité des forêts de cèdres mises en défens. L’effort des institutions libanaises pour préserver la nature a permis la création de nombreuses réserves écologiques, tant montagnardes que côtières. Parmi celles-ci, Jabal Moussa et Tyr illustrent le contraste entre volonté croissante de protection d’écosystèmes fragiles et concurrences de leurs usages rentables. Construction de résidences forestières, percements de routes, captages d’eau, festivités littorales, pollutions perturbent la nature. L’exploitation et la consommation des ressources naturelles protégées interrogent la capacité collective d’éviter leur destruction.

Pour comprendre ces situations, confronter des expériences et témoigner des solutions adaptées, le séminaire de l’Observatoire Urbain invite Nabigha DAKIK et Myrna SEMAAN à exposer l’évolution de deux réserves contrastées, littoral de Tyr et montagne de Jabal Moussa. Représentatives d’équipes compétentes et engagées, leurs mobilisations éclairent sur les relations entre pression urbaine dévorante et  vocation naturelle légitime de ces espaces disputés. Ce séminaire est donc l’occasion de réfléchir à la gestion quotidienne des tensions entre prescription de protection et usages destructifs. Cette rencontre offre aussi de partager des possibilités pratiques, économiques et juridiques pour inscrire la nature au cœur d’un urbanisme durable.

Fanar et Jdeideh el Metn, reflets de la complexité sociale et urbaine libanaise

التاريخ: 
3 July, 2017 - 18:00 - 20:00
Fanar et Jdeideh el Metn, reflets de la complexité sociale et urbaine libanaise

Observatoire urbain du Proche-Orient

Séminaire

Jennifer Casagrande, doctorante en géographie urbaine et études moyen-orientales, Laboratoire Image, Ville, Environnement (Live, UMR 7362- CNRS, Université de Strasbourg)

Résumé

Dans la banlieue Est de Beyrouth, les aires administratives de Jdeideh-Bauchrieh-Sed et Fanar, sur environ 8 km2,  représentent le kaléidoscope communautaire libanais. Dans ce tissu urbain hétérogène s’entremêlent quartiers informels à tendance communautaire, zones industrielles et commerciales,  tours d’habitations sécurisées et anciennes bâtisses.
Etudier l’hétérogénéité de cet espace contraint à constituer notre propre base de données selon une méthodologie rigoureuse. Le caractère hétérotopique de certains de ses fragments résultant de différents facteurs sociaux, économiques et politiques nous mène à interroger la relation, voire l’impact de  la forme urbaine sur la structuration socio-spatiale du site.

Patrimoines en guerre autour de la Méditerranée

التاريخ: 
29 June, 2017 - 09:00 - 30 June, 2017 - 19:00
Patrimoines en guerre autour de la Méditerranée

Colloque international

Colloque de clôture du programme scientifique de recherche Ifpo/AUF, Patrimoines en guerre autour de la Méditerranée (2015-2017)

Résumé

En clôture du programme scientifique de recherche Ifpo-AUF « Patrimoines en guerre autour de la Méditerranée », l’Institut français du Proche-Orient (Département des Etudes Contemporaines) organise, en collaboration avec l’Université libanaise (Institut des Beaux-Arts, Département d’urbanisme), un colloque comparatiste et pluridisciplinaire en forme de bilan de deux ans d’enquêtes, qui seront synthétisées en trois axes. Axe 1, « patrimoine symbolique et discours de mémoires : du terrain au musée ». Axe 3, « territorialisation et pouvoirs : entre renouvellement urbain, manipulations spatiales et stratégies d’appropriation. Axe 3, « La patrimonialisation comme projet de reconstruction ? Limites et potentiels ». La deuxième journée élargira le champ des discussions et réflexions par une conférence plénière : « Souveraineté conflictuelle, désagrégation du pluralisme culturel et redéfinitions identitaires et patrimoniales en Irak », suivie d’une table ronde finale sur la Syrie : « Alep, état des lieux quelles perspectives ? ».

Les intervenants comprennent les membres de l’équipe multidisciplinaire qui, depuis 2014, participe à l’élaboration des enquêtes de terrain, la production de matériaux visuels et de bases de données inédites. Plusieurs chercheurs et scientifiques de la région, libanais et syriens, seront également présents pour présenter au public dispositif de recherche comparé (à la fois en termes diachroniques et synchroniques) qui permet de mieux comprendre les aléas d’une patrimonialisation placée en situation critique : destruction physique et au-delà, désintégration politique, culturelle et sociale.

Heritage at war in the Mediterranean Region

International Confence

Abstract

The French Institute of the Near East (Department of Contemporary Studies), in collaboration with the Lebanese University (Institute of Fine-Arts, Département d’urbanisme), is organizing the conference "Heritage at War in the Mediterranean Region," with the support of the Agence Universitaire de la Francophonie (AUF). This comparative and multidisciplinary conference will display the result of a two-year research program along three main themes. Theme 1 : "Symbolic heritage and narratives about memory: from fieldwork to museums". Theme 2 : "Of territorialization and powers: between urban renewal, spatial manipulation and appropriation strategies. Theme 3 : "Heritage-making as reconstruction? Limits and potentials". The second day will broaden the field of the debates with a keynote lecture about the disaggregation of cultural pluralism and identity in Iraq, and a round table on Syria to discuss perspectives on Aleppo.

Speakers include the members of the multidisciplinary team involved in analyzing field-data, producing visual materials and unpublished databases in order to reassess the long-term effects of conflicts on heritage inversion. Several researchers and scholars from the region will also deliver the results of their research. It will contribute to a better understanding of risks to heritage in critical situations  and to highlight the political, cultural and social desintegration besides physical destruction.

Lebanon Facing Arab Uprisings: Constraints and Adaptation

التاريخ: 
15 June, 2017 - 18:00 - 20:00
poster

Lebanon Support and Institut français du Proche-Orient cordially invite you to a talk aroubnd the book "Lebanon Facing Arab Uprisings: Constraints and Adaptation"

 
Di Peri R, Meier D, editors. Lebanon Facing The Arab Uprisings. Palgrave Macmillan UK; 2017
Available from: http://dx.doi.org/10.1057/978-1-352-00005-4

 

Abstract

While the neighbouring countries have been in flux since 2011 with popular movements taking to the streets of various Arab cities and crises breaking out in others, Lebanon has managed to adapt to the many challenges brought about by regional political crises.

This talk will revolve around the book “Lebanon Facing Arab Uprisings. Constraints and Adaptation” which explores the impact of the Arab uprisings of 2011 on Lebanese politics and society.

لَقِّم المحتوى