Conférence : Occupation Remains : Usages et mémoires des vestiges archéologique à Sabastiya (Beyrouth, le 27 septembre 2016)

Date: 
27 September, 2016 - 18:00 - 20:00
Conférence : Occupation Remains : Usages et mémoires des vestiges archéologique à Sabastiya (Beyrouth, le 27 septembre 2016)

Conférence. Les « Rendez-vous » de l’Ifpo

Occupation Remains : Usages et mémoires des vestiges archéologique à Sabastiya (Palestine)
 
Kévin Trehuedic
Maître de conférences à l’Université Paris-Est,
en délégation CNRS à l’Ifpo
 
Mardi 27 septembre 2016 à 18h00
Salle de conférence de l’Institut français du Liban
Espace des Lettres - Rue de Damas - Beyrouth
Tél. Ifpo 01.420 291/293
 
 

Journée d'étude : Autour de saint Jean-Baptiste : cultes et traditions (Jérusalem, le 20 octobre 2016)

Date: 
20 October, 2016 - 09:00 - 18:00
Conférence : Autour de saint Jean-Baptiste : cultes et traditions (Jérusalem le 20 octobre)

Journée d'étude

L’actualité scientifique autour de la figure de saint Jean-Baptiste
Archéologie, histoire, science du fait religieux
 
Jeudi 20 octobre 2016
École biblique et archéologique française de Jérusalem
83 rue de Naplouse, Jérusalem

L’Ifpo recrute : appel à candidatures

Ouverture du stage annuel de langue arabe, Ifpo, Beyrouth, 17 octobre 2011

Recrutement

  • Directeur de l'Ifpo (Beyrouth)
    Date limite de candidature : 20 septembre 2016
    Prise de poste : 1er septembre 2017
    Fiche de poste

     

  • Directeur du département scientifique « études contemporaines » (Beyrouth)
    Date limite de candidature : 20 septembre 2016
    Prise de poste : 1er septembre 2017
    Fiche de poste

     

  • Directeur du département scientifique « archéologie et de l'histoire de l'antiquité » (Beyrouth)
    Date limite de candidature : 20 septembre 2016
    Prise de poste : 1er septembre 2017
    Fiche de poste


  • Chercheur au sein du Département scientifique des études arabes, médiévales et modernes (Amman)
    Date limite de candidature : 20 septembre 2016
    Prise de poste : 1er septembre 2017
    Fiche de poste


  • Chercheur au sein du Département scientifique des études contemporaines (Jérusalem)
    Date limite de candidature : 20 septembre 2016
    Prise de poste : 1er septembre 2017

    Fiche de poste

  • Gestionnaire financier (Amman)
    Date limite de candidature : 3 oct 2016
    Prise de poste : 17 octobre 2016
    Appel d'offre

    Fiche de poste
     

  • Gestionnaire administratif (Amman)
    Date limite de candidature : 3 octobre 2016
    Prise de poste : 17 octobre 2016
    Appel d'offre

    Fiche de poste

Les stages de langue arabe de l’Ifpo

http://www.paris-sorbonne.fr/ Les stages de langue arabe de l’Ifpo

40 ans d’expérience dans l’enseignement de la langue arabe

 

Présentation générale

Le Département des Études Arabes, Médiévales et Modernes de l’Ifpo propose chaque année deux types de stages de langue arabe, à Beyrouth et à Amman : un stage intensif d’un mois (100 heures) en juillet et septembre et un stage annuel en vue de la recherche (octobre - juin).

Le stage annuel

Se déroulant à Beyrouth et à Amman, il offre une opportunité exceptionnelle pour progresser en arabe : répartis en petits groupes de niveaux (12 personnes maximum), les stagiaires suivent 11h ou 12h de cours collectifs et choisissent 4h de cours particuliers par semaine.

 

Le stage intensif (juillet ou septembre 2016)

A Beyrouth, ce stage est proposé en juillet et en septembre ; à Amman, il est uniquement proposé en juillet. Les stages intensifs permettent aux stagiaires de suivre des cours d’arabe littéral et dialectal en petits groupes de niveaux. Ces stages accueillent 40 personnes à Beyrouth et 30 à Amman.

Stagiaires de langue arabe de l'Ifpo, session annuelle 2014-2015, Beyrouth

 

Christian Augé in memoriam

La Vallée engloutie Géographie historique du Moyen-Euphrate (du IVe s. av. J.-C. au VIIe s. apr. J.-C.), par Justine Gaborit

Nous avons la grande tristesse d'apprendre que Christian Augé, directeur de recherches honoraire au CNRS, est décédé vendredi 19 août 2016. Né en 1943 dans une famille originaire de la région de Nîmes, Christian avait fait des études supérieures de lettres classiques, notamment à l'École normale supérieure, qui l'avaient conduit dès ses premiers pas dans la recherche à se tourner vers l'archéologie, tout spécialement l'iconographie gréco-romaine et orientale et la numismatique. Une expatriation comme coopérant en Libye puis de très nombreux séjours au Proche-Orient firent rapidement de lui un spécialiste des rives sud-est et orientale de la Méditerranée et de leur arrière-pays. Chercheur au CNRS durant toute sa carrière professionnelle, il y fut longuement l'une des principales chevilles ouvrières françaises du LIMC, le Lexicon iconographicum mythologiae classicae, cette monumentale entreprise internationale qui, en quelques décennies, produisit l'exhaustif dictionnaire multilingue richement illustré, en de nombreux volumes, qui porte le même nom — certes pas limité à l'imagerie de la mythologie des Grecs et des Romains au sens étroit, mais grand ouvert sur les cultures voisines ou parfois moins voisines. C. Augé, précisément, y fut l'artisan d'un fort grand nombre de notices consacrées aux divinités de l'Orient autour de la longue époque hellénistique et romaine.

Mais c'est plus encore sans doute dans son autre grande spécialité, la numismatique, qu'il a marqué pendant plus de quatre décennies le monde des historiens, archéologues et épigraphistes du Proche-Orient et de la péninsule arabique : par l'ampleur, d'une part, de sa culture et de sa pratique numismatiques, qui lui permettait d'identifier et étudier aussi bien des monnaies impériales romaines ou byzantines que des émissions de petites villes ou de royaumes indigènes ou encore d'illisibles petits bronzes aux images très dégradées issues du répertoire grec, émises dans des recoins perdus de l'Arabie à des dates difficilement cernables. Mais aussi, d'autre part, par sa participation comme numismate à tant et tant de missions libano- ou syro- ou jordano- ou saoudo-européenne, voire américaines — une participation qu'on aurait volontiers dite infatigable si elle n'avait été épuisante, sa santé étant fragile depuis sa jeunesse. Particulièrement bon connaisseur et amateur de la Jordanie, des Nabatéens et de Pétra, Christian se dévoua pendant plus de dix ans, à partir du début des années 2000, pour diriger la mission archéologique française consacrée au grand sanctuaire du centre de Pétra, le Qasr el-Bint, où il eut le bonheur de présider à quelques découvertes sensationnelles, dont celle d'une magnifique tête en marbre de l'empereur romain et philosophe stoïcien Marc Aurèle. Dans cette période, Christian fit longuement partie de l'Ifpo en son antenne d'Amman, où le CNRS l'avait détaché pour qu'il fût au plus près de ses terrains. Retraité, il continua à résider en partie dans cette Jordanie qu'il aimait tant, en compagnie de son épouse Hélène, ouvrant largement les portes de leur logis d'Amman à bien des jeunes savants ou étudiants.
 
D'une très grande générosité, particulièrement affable, faisant volontiers partager à ses collègues et aux plus jeunes son érudition, C. Augé prit, aussi, largement sa part des tâches collectives et responsabilités, notamment en siégeant au comité national du CNRS ou en présidant la Société française d'archéologie classique. Après son long séjour au sein du LIMC — un laboratoire qu'il quitta avant que le LIMC fût rattaché au grand laboratoire ArScAn — il entra dans ArScAn (l'UMR «Archéologie & sciences de l'Antiquité», au sein de la Maison de l'Archéologie et de l'Ethnologie de Nanterre), où il dirigea pendant une dizaine d'années à partir du milieu des années 1990 sans ménager sa peine l'équipe d'Archéologie du Proche-Orient Hellénistique et Romain.
 
À la MAE comme à l'Ifpo, mais aussi chez nombre de nos collègues du Proche-Orient et des pays européens, le décès de cet érudit pointilleux et de cet homme très aimé laisse un grand vide. Sit tibi terra levis, Christian — Allah yarhamhu.
 
François Villeneuve, directeur élu d'ArScAn, président du conseil scientifique de l'Ifpo. 

Syria, supplément III, 2016

Syria, supplément III, 2016

Syria, supplément III, année 2016

Beyrouth, Presses de l’Ifpo

ISSN 0039-7946
 
ISBN 978-2-35159-801-6
 
Prix : 91 €
 
Acheter le volume : Presses de l'Ifpo

 

La construction de la médecine arabe médiévale

Lire et écrire l'histoire ottomane

Dir. Pauline Koetschet et Peter E. Pormann

PIFD812

Beyrouth 2016, coédition : Ifpo/IFAO

ISBN IFPO 978-2-35159-712-5
 
ISBN IFAO 978-2-7247-0687-1
 
192 p.
 
17 x 24 cm
 
Prix : 20 €

Histoire du mouvement littéraire dans l'Église Melchite du Ve au XIXe siècle (Vol I : Période byzantine 451-634)

Lire et écrire l'histoire ottomane

PIFD285 / CRAC 5

Beyrouth 2016, Co-édition Ifpo/CERPOC-Éditions de l'USJ

ISBN Ifpo 978-2-35159-705-7
 
ISSN Ifpo 0708-2506
 
256 p.
 
17 x 24 cm
 
Prix : 30 €

Bulletin d’études orientales 64 (Histoire et anthropologie des odeurs en terre d’Islam à l’époque médiévale)

Bulletin d’études orientales 64 (Histoire et anthropologie des odeurs en terre d’Islam à l’époque médiévale)

BEO 64 (2015)

Beyrouth-Damas, Presses de l’Ifpo, 2016
 
390 p.
 
ISBN 978-2-35159-800-9
 
ISSN 0253-1623
 
38 €
 

Sur Revues.org : http://beo.revues.org/

Le dossier « Histoire et anthropologie des odeurs en terre d’Islam à l’époque médiévale » du numéro 64 du Bulletin des Études Orientales, dirigé par Julie Bonnéric, promeut une approche transversale, indispensable à l’étude d’un phénomène très peu étudié et difficile à aborder. Il réunit historiens, linguistes, archéologues, spécialistes de littérature et anthropologues afin d’interroger les odeurs, bonnes ou mauvaises, sous des aspects à la fois technique, social et symbolique. Ces chercheurs traitent du lexique olfactif en arabe et en hébreu, des matières odorantes (en particulier l’ambre et les encens), du rôle des odeurs (en médecine, parfumerie, agriculture, magie, etc.) et de leur lien avec le sacré. Ils définissent les odeurs comme des marqueurs de distinction sociale et des signes transcendantaux. Étudiant le rapport des hommes, en Islam, aux fragrances et aux pestilences, ce volume offre l’occasion d’analyser ainsi leur imaginaire social et symbolique.

Séminaire : Une « possibilité de Beyrouth » Projections utopiques et initiatives citoyennes

Ce séminaire a pour objectif de rendre compte d’un certain nombre d’initiatives et d’expériences individuelles et collectives qui participent, à Beyrouth et dans d’autres villes libanaises et selon des modalités d’action très différentes, de ce que l’on peut considérer comme autant de projets alternatifs à la ville néo-libérale, tant dans le cadre des espaces publics urbains que dans celui, plus général, des espaces du politique et de l’économique. 

Nous faisons l’hypothèse que ces initiatives, très diverses dans leurs ambitions, leurs formes et leurs finalités, constituent autant d’« utopies en acte » ou de « possibilités de ville » qu’il convient de prendre en compte afin de nourrir une réflexion sur les modèles de ville et de sociétés dans le cadre libanais. 

Très variées quant à leurs formes, ces actions semblent cependant avoir en commun de résister ou à tout le moins de proposer des alternatives au modèle urbain néo-libérale qui domine à Beyrouth depuis au moins la fin de la guerre civile. Leur seule existence, même de courte durée, constitue finalement une démonstration que d’autres modèles sont possibles et applicables. Si certaines actions semblent être davantage des « aménagements » du modèle de la ville néo-libérale, s’inscrivant finalement dans ce modèle urbain en le rendant plus acceptable et plus conforme à l’air du temps, d’autres le contestent fortement et lui résistent.

Minoritaires, marginales et parfois invisibles, ou bénéficiant au contraire d’une certaine médiatisation, ces actions et expériences veulent en tous les cas rompre avec une vision à la fois individualiste, segmentée ou communautaire des espaces urbains libanais en proposant de répondre aux intérêts et aux besoins du plus grand nombre des usagers de la ville. Elles se retrouvent dans plusieurs grands domaines, qui se recoupent souvent, et que nous tacherons d’explorer : urbanisme et architecture (architecture moderniste des années 1950-60), sportif, économique (marchés bio et alternatifs, cafés associatifs), politique (squats, occupations temporaires ou permanentes, cercles de discussions, groupes contestataires, programmes politiques), écologique (expériences de ramassage et de recyclage des déchets, associations de sauvegarde du littoral et des espaces publics), art et expressions artistiques (performances, marquages, graphs, expositions, communautés artistiques), grands projets publics inaboutis (métro de Beyrouth), transports et déplacements, etc.

Le séminaire tel qu’il se déroulera en 2016 permettra de faire intervenir, aux côtés de chercheurs et d’universitaires, des initiateurs et des entrepreneurs de projets, des militants et des activistes, des associatifs et des artistes actuellement impliqués dans des actions publiques et des expériences politiques, artistiques, culturelles, sociales d’importance et de durées variables.

Thierry Boissière

Jamil Mouawad

Syndiquer le contenu